Les dessous de Netflix

Portrait de SHKareshi
Billet écrit par SHKareshi
Le jeu, 14/01/2016 - 00:35
Catégories: 

Décidement, depuis son lancement, Netflix continue de me combler ! L'arrivée du service au Japon était, pour moi, pleine de promesses. Comme je ne suis pas un grand amateur de dramas japonais, je n'avais pourtant pas encore pris le temps de m'attarder sur Atelier (Underwear, sur le service au Japon), la co-production Fuji TV x Neflix, l'histoire d'une jeune femme qui, après ses études, est embauchée dans une entreprise de sous-vêtements de luxe pour femmes. Tout en se confrontant à la réalité du monde du travail, ses convictions sur la notion même de beauté mais aussi sur les rapports humains sont ébranlés…

C'est un peu frontal, surtout au début, mais c'est porteur d'une sincérité brutale et communicative ! Au fil des épisodes, on découvre des personnages bien plus complexes qu'on aurait pu le croire au début, et finalement assez loin des clichés apparents. Les thématiques y sont nombreuses, et étonnement modernes : vision de la beauté, confiance en soi, transmission d'une génération à l'autre, rôle de la presse et des médias, compromission, maternité, artisanat contre industrie et production de masse, amitié… et j'en passe. L'espace d'un instant, quand vous croyez que la série va basculer dans quelque chose de mielleux ou convenu, elle revient vous surprendre, avec un propos encore plus fort et tellement en accord avec sa thématique. Malgré quelques "twists" assez prévisibles (qui ne sont, en fin de compte, pas si nombreux que ça), la série monte en pression au fil des épisodes, et réussit à se relancer. D'ailleurs, ce qu'on aurait pu penser être l'apothéose de la fin de saison (à savoir, un défilé de mode autour de la lingerie) n'en est finalement que le milieu ! La suite s'en avère d'autant plus surprenante et… profondément humaine.

Du reste, le plus étonnant de tout ça, en fait, c'est peut-être que finalement, les relations amoureuses de l'héroïne ne passent qu'en second plan d'Atelier / Underwear. Bien sûr, ils sont aussi là. Mais tous les autres rapports humains sont bien plus importants, bien plus mis en avant. Avec tellement de tendresse, de générosité… Impossible de ne pas être touché par la relation unique entre Nanjo, la chef de l'entreprise (qui fait très "shôjo manga old-school", d'ailleurs…) et Mayu, la "tendresse répulsive" qui naît entre elles, au-delà des mots, avec aussi des touches d'humour. Bien heureusement, les autres protagonistes ne sont pas en reste, et plein d'épaisseurs, prêts à mettre leur fierté ou leur orgueil de côté, par altruisme, pour accepter de grandir, de s'ouvrir et se dévoiler. Atelier, c'est bien plus que la "success story" d'une jeune employée japonaise… C'est une oeuvre, telle un diamant brut, dont la beauté intérieure et la sincérité importent bien plus que l'éclat évident d'une pierre précieuse taillée. Mais pour s'en rendre compte, il faut prendre le temps de l'observer…

Y aura-t-il une nouvelle saison ? Probablement pas. Ce n'est pas indispensable, de toute façon. Si elle devait se faire, je la regarderai avec plaisir. En tout cas, j'affirme aujourd'hui que j'attends avec une vraie impatience les prochaines productions japonaises made in Netflix !! La seule question qui me reste : mais putain, encore une fois, pourquoi aucun média ne parle vraiment d'Atelier ?! Parce que c'est japonais ? Parce que ce n'est pas "dans la norme" ? (pardon… je râle encore T_T) Tout le monde a parlé de Jessica Jones ou de Daredevil… Pire, même, les médias, les blogs (…) préfèrent nous parler de séries même pas encore disponibles légalement en français, dans la plus grande hypocrisie générale. Atelier, pourtant, c'est disponible, là et maintenant, en France ! Mais la série est arrivée dans le quasi-anonymat général dans notre pays… Pfuuuuh ! En tout cas, moi je vous le dis : ça vaut le coup de faire l'effort de dépasser le début, et le jeu d'acteur typique aux dramas japonais.

(Je pose là le trailer officiel japonais, même s'il reflète mal la complexité de la série, au-delà des apparences… J'ai par ailleurs eu un peu de mal à choisir les images pour illustrer ce post…)

Commentaires (1)

Portrait de Marchoix Denis

C'est vrai ! excellente série plein de culture japonaise surprenante et charmante

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Entrez les caractères qui apparaissent dans l'image.

© 2016 AKATA. Tous droits réservés.